Nous attirons ce soir votre attention sur un témoignage rare et bouleversant autant qu’une très bonne enquête journalistique pour Neon magazine de Yann Castanier, journaliste et victime d’amnésie traumatique suite à des violences commises par son père quand il était enfant.

Yann s’est remémoré à 17 ans des violences extrêmes que son père faisait subir à sa mère quand il avait 5 ans. 12 ans d’amnésie traumatique donc.

Puis, par ricochet des propres violences qu’il a subies enfant de la part de son père.

Yann raconte son chemin intérieur dans cette enquête aussi douloureuse qu’émouvante.

Comme il n’oublie pas qu’il est journaliste il part à la rencontre d’autres victimes de maltraitances et d’experts pour rendre son expérience du stress post traumatique après être sorti de l’amnésie aussi instructive que compréhensible par toutes et tous.

En disant tout cela, je vous invite juste pour celles et ceux qui le peuvent, à acheter ce magazine. Également pour que vive la presse papier…! (3,70 euros).

Pour avoir connu l’ère du papier et celle du numérique, on enregistre et on est d’autant plus ému.e qu’on tient dans ses mains un magazine et qu’on voit des photos…mais ce n’est que mon avis personnel…

Par ailleurs, les témoignages d’hommes victimes sur l’amnésie traumatique sont rares. Nous en avons eu quelques uns très forts mais sans doute pas assez. Il est vrai que l’amnésie traumatique est un mécanisme neurologique tellement fragile et fragilisant que nombre d’entre eux sont sans doute freinés de témoigner….

Qu’ils sachent que nous accueillons avec d’autant plus d’émotion celui de Yann et que nous appelons les hommes victimes d’amnésie traumatique suite à des violences sexuelles (car telle est la spécificité de MoiAussiAmnesie) de ne pas hésiter à nous contacter même sous anonymat pour nous proposer des témoignages ou même pour rejoindre nos groupes de parole.

Un grand merci à Yann Castanier.

Belle soirée.

Mie Kohiyama présidente de MoiAussiAmnesie