La pétition lancée lundi 14 mai, par Madeline, Lyes et Le groupe F, demandant au Président de la République de retirer l’article 2 du projet de loi sur les violences sexistes et sexuelles, a recueilli en une journée plus de 100.000 signatures. Si elle n’a pas empêché le vote de cet article, la pétition a permis de rendre visibles celles et ceux qui trouvaient que l’utilisation des termes « atteintes sexuelles avec pénétration » pouvait être très dangereuse et permettre de correctionnaliser le viol, et de le faire passer du statut de crime à celui de délit.

La suite sur le blog La Génération qui Parle