Chers amis,

D’autres que moi l’ont déjà fait, moult victimes et patients (es) le font chaque jour et d’autres le feront encore demain: rendre hommage à l’indispensable Dre Muriel Salmona, psychiatre qui se bat chaque jour non seulement pour aider ses patients mais aussi pour lutter contre toutes les formes de violence en France:

En formant entre autres, les professionnels de la justice, du soin…etc, en participant auprès des autorités à des plans d’envergure nationale comme par exemple l’ouverture prochaine des centres de psychotraumatisme en France ou encore médiatiquement pour expliquer notamment les mécanismes complexes du psychotraumatisme…etc

En ce qui concerne les victimes de violences sexuelles et d’amnésie traumatique, nombreuses témoignent du fait que la lecture de ses ouvrages, très accessibles au grand public, ou un travail thérapeutique en sa compagnie leur a “sauvées la vie” ou rendues leur “dignité et intégrité”.

Je fais partie de ces chanceux. Cela fait près d’un an que j’ai entamé un travail thérapeutique avec la Dre Salmona. Un travail qui m’enrichit chaque jour intérieurement, qui m’a rendue plus autonome, plus forte en m’apportant une énergie positive très utile pour notre combat commun autour de la reconnaissance de l’amnésie traumatique.

La raison pour laquelle je révèle ce lien thérapeutique qui concerne ma vie privée est que nous sommes à un moment clé de notre combat.

Or, depuis un certain temps, plusieurs attaques mal intentionnées de personnes ayant eu accès à ces informations médicales confidentielles, tentent de dénigrer publiquement et de pervertir ce lien par des allusions ridicules, mensongères et diffamatoires qu’il est inutile de citer.

Ces attaques outrageantes savamment distillées visent à nous décrédibiliser et à travers nous notre combat qui dérange certains, l’amnésie traumatique étant un des piliers de l’impunité des pédocriminels.

De mon côté, je me suis d’abord lancée seule dans cette bataille pour faire connaître l’amnésie traumatique en 2013. Je ne connaissais alors pas la Dre Salmona même si j’avais lu des interviews. Le combat qui m’animait alors était davantage en lien avec mon chemin personnel.

J’ai par la suite pris conscience de la nécessité majeure de s’engager dans une véritable action collective pour espérer voir un jour aboutir ces questions cruciales. Une action collective où chacun d’entre nous apporte sa pierre à l’édifice. Tel est l’esprit de notre combat aujourd’hui.

Je me sens honorée de le mener aux côtés de la Dre Salmona avec qui nous avons noué une entente tacite pour distinguer clairement ce qui relève de la thérapie en tant que patiente et médecin et ce qui relève de la vie de femmes, de citoyennes et d’activistes. Comme l’a si bien écrit Leïla Slimani, être une victime est “un fait et non un jugement moral ou une essentialisation des femmes”.

Peine perdue donc pour nos contempteurs: j’assume pleinement d’être sa patiente tout en menant avec elle mais aussi au sein de notre association et aux côtés des victimes, ce combat sociétal majeur.

Au delà de notre combat, la Dre Salmona s’est imposée au fil des années en France comme une experte qui a contribué à changer l’approche de l’opinion publique vis-à-vis des violences sexuelles, à faire prendre conscience au plus grand nombre de la gravité de l’impact psychotraumatique de ces violences, comme de toutes les autres formes de violence.

Faisant partie des pionnières, elle a débuté son combat dans l’indifférence aux côtés d’associations à une époque où la culture du viol et du déni était encore plus marquée qu’aujourd’hui. Elle a ainsi dû constamment faire face à des campagnes d’hostilité et de dénigrement de personnes embarrassées par son discours de vérité. Elle même n’étant préoccupée que par le sort des victimes loin de tout calcul carriériste.

C’est la raison pour laquelle j’ai intitulé ce post “il est minuit Dre Salmona” pour paraphraser le titre de la pièce de théâtre de Gilbert Cesbron au sujet du Dr Albert Schweitzer, un médecin qui a consacré sa vie à soigner la souffrance au XXe siècle. Le titre de ce livre qui figurait dans la bibliothèque de mes grands-parents m’a toujours fascinée et interrogée.

Dans un de ses ouvrages, ce précurseur de la médecine humanitaire écrivait: “j’entends les grandes personnes parler de leur idéal et de leur enthousiasme comme des enfants qui seraient morts. Alors, j’ai résolu de traverser la vie avec une âme intacte”. C’est aussi le cas de la Dre Salmona.

Albert Schweitzer a été prix Nobel de la paix. Quant à la Dre Salmona, elle mériterait largement le prix Nobel de l’humanité qui reste encore à inventer…

Excellent weekend à tous.

Mie Kohiyama pour le groupe MoiAussiAmnesie

 

Crédit photo “Marie-Claire”

Share This