Chers amis,

Contre la pédocriminalité, “la République doit protéger ses enfants, son avenir, par des actions de prévention et de répression. Elle doit être inflexible”: le blog pour le Huffington Post de notre ami Raphaël Emeth, auteur de “Ce sera notre secret” chez Max_Milo.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Raphaël a été violé quand il avait 11 ans par un étudiant en médecine. Nous sommes en 1977. Les viols ont duré près de deux ans. “J’étais sa chose son déversoir à fantasmes”, écrit Raphaël. Il a enfoui les viols au plus profond de lui, de façon semblable aux nombreux cas d’amnésie partielle, c’est à dire sans totalement les oublier mais dans un verrouillage total qui n’a pas pu lui permettre d’en saisir la gravité. Les conséquences ont été terribles sur sa vie intime, professionnelle, personnelle, psychique. Raphaël a été alcoolique, subi des phobies en tout genre, des TOCs (Trouble obsessionnel compulsif).

Puis 27 ans après les faits, ces viols ont resurgi telle une bombe atomique sous la forme de phobies d’impulsion. Il a eu peur d’être lui même devenu pédocriminel et de s’en prendre à ses propres enfants. Raphaël a fait un très long chemin thérapeutique. En 2016, quelques temps après notre rencontre, je l’ai persuadé de déposer plainte même si ses faits étaient prescrits dans l’espoir que la justice recherche d’éventuelles autres victimes.

Sa plainte a fait mouche. Devenu médecin, son agresseur, un pervers et prédateur au long cours a commis d’autres faits non prescrits de pédocriminalité. Il va être jugé prochainement aux Assises où Raphaël sera entendu en simple témoin, ce qui est une injustice totale.

L’histoire de Raphaël illustre bien la nécessité d’introduire l’amnésie traumatique dans la loi et de tendre vers l’imprescriptibilité des crimes sexuels sur mineurs.

Mié Kohiyama pour le groupe “MoiAussiAmnesie”.

Le blog de Raphaël Emeth :

Victime d’un pédophile, je me bats pour que la République protège mieux ses enfants

Share This