Mon coup de colère du jour car il est important de continuer à dénoncer ce qui ne fonctionne pas encore correctement:

Une discussion avec une victime d’AmnesieTraumatique violée dans son enfance qui s’est vu accuser de mentir sur ses souvenirs par une psychiatre dont l’unique réponse a été d’augmenter la dose de neuroleptiques: une situation malheureusement très courante en France.

Cette victime a comme souvent (malheureusement aussi) été diagnostiquée schizophrène ce qu’elle n’est absolument pas…un récent diagnostic ayant confirmé son ESPT en lien avec la résurgence de la mémoire des viols.

Ce type d’incompétence gravissime qui sont des surtraumatismes pour les victimes s’explique encore et toujours par l’absence de formation sur le psychotraumatisme dans le cursus des études de médecine que la Dre Muriel Salmona (Association Mémoire Traumatique et Victimologie) ne cesse de dénoncer depuis des années.

Selon la Dre Salmona, les victimes de #viols mettent en moyenne 13 ans avant de trouver un professionnel formé.

Avec une pensée particulière pour les anciennes générations qui parfois n’ont jamais été correctement prises en charge…

Heureusement la situation est en train de changer avec la prise de conscience sur ces questions en raison notamment des suites des attentats et qui va se traduire par l’ouverture prochaine des dix premiers centres de psychotraumatisme en France.

Belle fin d’après midi,

Mie Kohiyama pour le groupe MoiAussiAmnesie

Share This