Articles

Vos instants littéraires

Quand la littérature parle d’amnésie traumatique…comme dans “17 ans”, un livre d’Éric Fottorino (Éditions Gallimard).

200

C’est le nombre d’entre vous, victimes, familles, professionnels, qui ont décidé de se joindre à l’association MoiAussiAmnesie en devenant adhérents

Meilleurs voeux à toutes et tous pour 2019

2018 en images et en musique. Notre engagement et nos actions pour la reconnaissance de l'amnésie traumatique liée à des violences sexuelles. Le combat continue en 2019. Belle année à toutes et à tous! L'équipe de MoiAussiAmnesie    ...

Un acrostiche sur l’amnésie traumatique pour terminer l’année en beauté

Nous vous souhaitons de très belles fêtes de fin d’année: des moments de partages et de joie pour celles et ceux qui sont entourés, et toutes nos pensées, notre amitié et notre solidarité pour celles et ceux qui sont seules-s ou en souffrance. Nous vous retrouverons avec joie en 2019. Un très joyeux Noël à toutes et à tous!

“Les mots qui tuent et ceux qui pansent/pensent” le trauma

Au fil des groupes de parole de victimes d’amnésie traumatique liée à des violences sexuelles, nous découvrons avec effarement les fréquentes maltraitances verbales intolérables de soignants qui constituent un deuxième traumatisme pour les victimes. Souvent d’ailleurs nombre d’entre elles insistent pour dirent que ces phrases qui tuent les ont parfois autant marquées que les viols car…

Ouverture de notre plateforme de dons pour pérenniser notre activité

L’association MoiAussiAmnesie existe maintenant six mois. Six mois durant lesquels nous avons fait le maximum pour faire connaître le mécanisme de l’amnésie traumatique liée à des violences sexuelles, nous battre pour la reconnaissance de ce mécanisme dans la loi, mettre en place nos groupes de parole qui sont appelés à se pérenniser, médiatiser notre action…etc

Colère du jour

Une discussion avec une victime d’AmnesieTraumatique violée dans son enfance qui s’est vu accuser de mentir sur ses souvenirs par une psychiatre dont l’unique réponse a été d’augmenter la dose de neuroleptiques: une situation malheureusement très courante en France.